Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

Citoyens, engageons-nous dans nos communes…

Gilets jaunes, syndicalistes, militant-e-s associatives, nombreux sont celles et ceux qui se mobilisent pour le bien commun, dans l’inquiétude des catastrophes climatique, sociale et économique qui s’annoncent.

Nous partageons l’avis des rédacteurs de l’appel du 25 mars 2019 sur ce point : « Nous ne savons pas sur quoi de bon ou de mauvais peuvent ça ou là déboucher les mouvements sociaux en cours. Mais ils peuvent être l’opportunité de réveiller le pouvoir qui sommeille dans les citoyens que nous sommes.Et dans ce contexte, nous croyons à l’action locale basée sur la coopération et l’implication des femmes et des hommes de bonne volonté, en dehors des schémas habituels. »

 

La commune, bien commun, est le premier échelon de notre démocratie.Le territoire où nous vivons est notre premier repère, essentiel pour nous citoyens. C’est pourquoi nous avons voulu porter le débat sur l’ensemble des communes de la CCRB, et non se limiter à la ville-centre : pourquoi seuls les Baralbins pourraient-ils avoir une approche politique et citoyenne de ces élections ?
Car – et c’est encore plus évident avec le transfert des compétences qu’ont entraîné les dernières lois d’aménagement du territoire sous les deux gouvernements précédents, qui décide de quoi en notre nom ?
Avons-nous par exemple voté pour nos maires afin qu’ils engagent deux exercices budgétaires complets de la CCRB pour venir en aide à l’entreprise Lisi, dont le chiffre d’affaires et les bénéfices sont plus que confortables ? Quoi que l’on en pense, bonne ou mauvaise mesure, c’est une décision qui engage l’avenir et sur laquelle nous n’avons pas eu notre mot à dire.
Alors nous voulons réfléchir ensemble à ce que nous voulons, et au mandat que nous confierons à nos futur-e-s élu-e-s : la démocratie, ce n’est pas donner tous pouvoirs à quelques-uns pendant six ans, c’est participer aux décisions collectives tout au long du mandat…
Voilà, en quelques mots, ce que nous souhaitons pour le Barsuraubois…
 Terre d’accueil et de nature, dont nous voulons préserver l’environnement…

Terre de travail, dont le fruit doit revenir à celles et ceux qui le font et non partir dans les poches d’actionnaires lointains qui n’ont guère de souci de la population du Barsuraubois sinon pour l’exploiter…
Terre de révolte fière et déterminée… Sur les traces de Gaston Cheq renouons avec l’esprit de RESISTANCE contre une société injuste et qui mène notre planète à la catastrophe….

%d blogueurs aiment cette page :